Table des matières

Manuel de référence Glyphotext 1.0

Quelques définitions (glossaire)

Cadrat
L'espace physique de base occupé par un glyphe est formé d'un rectangle nommé cadrat. Un cadrat peut contenir un ou plusieurs hiéroglyphes (un superposés et/ou juxtaposés).
Catalogue des glyphes
Outil de Glyphotext qui donne accès aux glyphes. Plusieurs approches sont possibles, afin d'en faciliter l'usage (voir la rubrique Catalogue Glyphotext).
Document GOT
Un document que vous créez grâce à Glyphotext. Lorsque sauvegardé, il porte l'extension got. Lorsque vous le sauvegarder, son nom apparaît dans l'onglet du document, en bas de la partie centrale de l'interface. La structure de l'information d'un fichier got est en xml.
Document source
Un document égyptien d'origine (ex. Les Annales de Thoutmôsis III, texte édité dans les Urkunden IV).
Éditeur
L'espace central de travail de Glyphotext composé de quatre (4) fenêtres (le texte hiéroglyphique, le code LPDH, la translittération et la traduction).
Gestionnaire de document
Outil de l'interface de Glyphotext (à droite de l'éditeur) qui permet de gérer les documents produits et de naviguer d'une séquence à l'autre. De plus, il permet d'inclure les diverses propriétés d'un document (source, auteur, date, etc.).
Glyphes : classes et numérotation
La numérotation des glyphes suit essentiellement celle communément acceptée. Sur la base des signes dits standards, s'ajoutent les signes appelés étendus (extended). Dans le cas de différences avec les auteurs de grammaire et / ou les données du dictionnaire de R. Hannig et / ou les signes du CCER (cf. à la section Références), nous avons indiqué les informations utiles dans la fenêtre de description des glyphes. Nous avons de plus créé une troisième classe de signes : les signes additionnels. Il s'agit de signes trouvés dans les sources, mais sans numéro officiel. Parfois, on les retrouve dans l'ouvrage Inventaire des signes hiéroglyphiques … (cf. Inv1988 à la section Références). Les numéros de signe utilisent alors une extension du type : _01 (et ss.). La couleur bleu les distingue nettement des deux autres classes (en noir pour strandards et en vert pour étendus). Toute modification apportée aux numéros de glyphe de Glyphotext par suite de corrections, de réévaluation ou autres seront pris en charge par le logiciel lors des mises à jour (grâce à un module de conversion intégré).
Groupes
Un groupe est un montage ou positionnement particulier de 2 ou plusieurs glyphes dans un même cadrat. Un groupe Glyphotext peut être le résultat d'une ligature de glyphes, contenue dans un texte écrit en hiératique ou suite à la nécessité de redimensionner ou positionner des glyphes dans un cadrat d'une façon autre que celle permise par défaut par le moteur graphique. Les groupes offerts par Glyphotext se trouvent dans la catégorie Groupes du catalogue. Par contre, tout usager peut en créer de nouveaux, ou en modifier d'existants, et les inclure ensuite dans sa liste personnelle pour usage ultérieur.

Tout groupe présent dans un document .GOT fait partie intégrante du dit document, donc est automatiquement lu par quiconque utilise Glyphotext: c'est pourquoi, dans le LPDH, un groupe est suivi d'un tiret + chiffre ( par exemple : G5&X1_1).

Pour créer ou modifier un groupe, voyez les rubriques Trucs et astuces et Éditeur de groupes.

Liste des rois
Base de données des cartouches des pharaons, complétés de leur nom d'Horus. Accessible en faisant la touche F6 ou dans le menu principal, sous Outils, ou cliquant sur le bouton représentant une couronne.
Listes personnelles
Cet outil, accessible par le menu Affichage->Listes personnelles et habituellement ancré sous forme d'onglet à gauche dans l'interface, vous sert à créer/éditer (selon le cas) vos propres listes de signes, selon vos besoins : groupes ou signes individuels. Pour les détails, voir la rubrique Listes personnelles
LPDH (Langage de Positionnement et de Description des Hiéroglyphes)
Il s'agit d'un langage utilisant des codes pour décrire/rendre graphiquement les éléments du texte hiéroglyphique. Basés sur l'excellent travail du Manuel de Codage (revu, corrigé et complété), ces codes permettent l'insertion des glyphes, des numéros de lignes (de votre document et du document source), des hachures, de la couleur rouge, de texte latin, sans oublier les diverses modifications que l'on peut apporter aux glyphes (rotation, inversion, dimension), etc. Sous GLYPHOTEXT, toutes ces fonctions sont accessibles directement à l'aide de boutons spécialisés, situés sous les onglets du menu.
Macros
Cet outil, accessible par le menu Affichage->Liste des macros et habituellement ancré sous forme d'onglet à gauche dans l'interface, permet la création de macros, facilitant le travail d'édition. En tapant =nom_de_la_macro dans la fenêtre LPDH, son équivalent hiéroglyphique est rendu. De plus, le nom de la macro est remplacé par sa valeur réelle dans le LPDH. Pour les détails, voir la rubrique Macros
Numéros de ligne

Il existe deux (2) types de numéros de lignes:

  • Numéros de ligne du document GOT,
  • Numéros de ligne de la source, qui correspondent aux séparations physiques des lignes du texte source (un papyrus, une stèle, etc.).

Note: Il existe aussi une marge d'édition à gauche (dans la zone grisée). Cette marge affiche les numéros de lignes pendant l'édition; ils servent à rapidement identifier une ligne de hiéroglyphes et sa ligne de code LPDH correspondante. Ces numéros de lignes ne font pas partie du document final.

Orientation des glyphes
Par défaut, les paramètres de GOT permettent la création de textes en mode ligne dont les glyphes se lisent de gauche à droite. Par contre, l'orientation droite / gauche est supportée, ainsi que le mode colonne.
Phonèmes
Les phonèmes de GOT, qui permettent de taper rapidement les signes dans la fenêtre LPDH, s'appuient sur le sens phonétique des signes hiéroglyphiques, dont une liste a été établie dans l'ouvrage Inventaire des signes hiéroglyphiques …. (cf. Inv1988 à la section Références). Par contre, certains autres (plus de 250) ne sont fournis que pour faciliter cette opération d'entrée des signes à partir de leur phonèmes courants ou de leur association avec certains termes habituels. Par exemple, le signe O6 possède normalement le phonème Hwt. Or, il se présente parfois sous la forme du O7 (avec le signe X1 à l'intérieur). GOT permet de le rendre en tapant Hwtt (le t supplémentaire ne faisant aucunement partie de la racine). Simplement un raccourci. Ainsi, le O9 se tape Hwttnb, correspondant aux composantes du signe : Hwt + t + nb.
Propriétés d'un document
Il s'agit de 2 ensembles de méta-informations utiles pour la description de votre document et du document source : titre, auteur, dates, références, catégorie de textes, notes, etc. Une fois un nouveau document créé, il peut devenir utile / important de conserver les données pour l'identifier clairement. Cliquer le bouton de droite, en haut, dans la fenêtre de gestion des documents (fenêtre de droite). Ces méta-informations accompagnent votre document et sont accessibles à quiconque utilise GOT.
Texte latin
Possibilité offerte par GOT d'insérer du texte latin dans le texte hiéroglyphique. Utiliser le bouton Tx. Pour du texte en translittération, toujours dans la fenêtre des hiéroglyphes, l'insertion se fait à l'aide du bouton A.
Translittération
Par défaut, la fenêtre translittération offre la police appropriée. Pour introduire du texte non-translittéré (pour les numéros de lignes, par exemple), utiliser les fonctions de la barre d'édition de texte, placée au bas. L'onglet de fonctions Format Trans./Trad. permet de formater le texte à volonté.